hp-kids

Je rencontre constamment des enfants hauts potentiels aussi appelés des enfants à haut potentiel.  « Sachez que quel que soit le milieu scolaire dans lequel évolue l’élève et quelle que soit son origine sociale, il est possible que vous avez un ou plusieurs enfants précoces dans votre classe » 1.

Ces enfants ont un QI égal ou supérieur à 130. Ils sont brillants et ont des conversations extrêmement intéressantes pour leur âge. Leur vocabulaire est riche. Ils ont parfois appris à lire seuls, ils ont beaucoup de questions. Et chaque question entraîne d’autres questions.

Beaucoup d’adultes pensent qu’ils sont « des petits génies » ou « des enfants parfaits » ou bien des mini adultes » qui réussissent tout avec une facilité déconcertante. On  pense que parce qu’ils sont intelligents, ils s’en sortiront toujours. En effet, ce préjugé vient de l’idée qu’on se fait de l’intelligence. Récemment, nous avons appris grâce à Howard Garder 2 qu’il n’existe pas qu’une seule forme d’intelligence. Une compétence élevée quantitativement  dans le domaine verbo-linguistique, logico-mathématique, social, spatial ou autre n’entraîne donc pas forcément une réussite absolue.

Ainsi, ils sont souvent en échec scolaire. Trop brillants, ils ont parfois du mal. Certains réussissent socialement et d’autres se retrouvent en échec. Ce qu’ils ont en commun est la souffrance de vivre avec un fonctionnement différent, une hors normalité qu’ils tentent de masquer. C’est pour cette raison que nous devons  observer leur performance à travers un test de QI  (le WISC) mais également leur personnalité et l’état émotionnel et affectif de l’enfant grâce à des tests complémentaires (Rorschah, Patte noire ou autre). Le test de QI  permet de situer l’élève sur la courbe de Gauss et de confirmer qu’il fait partie des 2 à 3% des élèves dit hauts potentiels. Le WISC est surtout un outil permettant d’accompagner l’enfant dans sa singularité.

L’auteure Elsa Autain-Pléros affirme d’ailleurs qu’un tiers des enfants précoces sont en échec scolaire. La diversité des profils rend difficile la détection de ces potentiels 3. Leur mécontentement à l’école ou au sien de leur famille peut parfois s’exprimer par de la dépression ou de l’extrême violence. Ils sont souvent angoissés.

Il est pourtant essentiel de les détecter car nous seulement, ces enfants ont un potentiel immense à offrir à la société. Mais également, plus vite ils seront détectés, plus vite nous pourrons répondre à leur singularité et les empêcher à aller mal. Les des enfants à haut potentiel peuvent facilement être dans  l’excès tant dans le positif que le négatif. Il est important que ces enfants puissent grandir en sachant pourquoi ils sont si particuliers dans un groupe. Ne sachant pas qui ils sont, ils peuvent développer une mauvaise estime de soi, ce qui aura un impact sur ses relations avec les autres et ses performances scolaires.

Contrairement à la majorité de la population, les personnes à haut potentiel utilisent leur hémisphère droit. Cela veut dire qu’ils pensent en arborescence : une idée engendre d’autres idées. Leur pensée analogique est riche et complexe : ils associent beaucoup d’idées. Avec comme difficulté de parfois trier l’information et canaliser leur pensée. Leur pensée est également conditionnée par le filtre de l’affectif. Alors que la majorité de la population utilise l’hémisphère gauche : leur pensée est linéaire. Leur raisonnement se fait étape par étape, ce qui est privilégié dans les apprentissages scolaires.

Dans le cas d’un enfant qui vivrait mal son talent, imaginez-vous dans un groupe d’enfants d’intelligence moyenne (QI de 100). Par peur d’incompréhension et de jugement, vous vous  exprimez plus souvent à la maison qu’à l’école pour ne pas éveiller les moqueries de vos camarades. A chaque fois que le professeur s’exprime, vous passez ce qu’il dit par le filtre de l’émotion. Selon votre état émotionnel, vous trouvez la solution ou différentes solutions toutes valides. Face à un exercice de mathématique, vous trouvez la réponse sans connaître le processus de votre pensée alors que le professeur insiste sur ce processus. Sans le processus, le professeur est alors insatisfait de votre réponse même si celle-ci est juste. Les explications du professeur ensuite sont beaucoup trop longues pour vous mais conviennent à vos collègues de classe. Vous vous ennuyez. Vous vous mettez à rêver. Avec le temps, vous pouvez vous retrouver en secondaire sans jamais avoir appris à étudier avec méthode et cela cause des dégâts.

Il est donc nécessaire de travailler avec ces enfants et leur faire gagner de la confiance. Notre travail consiste à les réconcilier avec leur image tout en travaillant sur leurs compétences.  Ils doivent  apprendre la méthodologie et l’habilité à exprimer un raisonnement en passant par toutes les étapes. Sinon, ils risquent de perdre goût à l’apprentissage. Et cela est à éviter d’autant que ces enfants ne distinguent pas leur identité propre et leur performance.

Rajoutons qu’en plus de ces difficultés, 10% des enfants à haut potentiel ont en plus un trouble de l’attention. 25% d’entre eux sont dyslexiques ou dyspraxiques. Ils peuvent également avoir de la dysorthographie ou de la dyscalculie 4.

Retenons qu’un enfant travailleur qui réussit bien à l’école peut être un enfant à intelligence moyenne et un enfant aux comportements difficiles ou aux résultats médiocres dus à son fonctionnement cognitif particulier peut être un enfant à haut potentiel.

Betts et Kercher 5 ont d’ailleurs mis en évidence différents profils d’enfants à haut potentiel: Type I- The Successful – des élèves performants

Type II- The Challenging -des élèves créatifs et extravertis

Type III- The Underground -des élèves à haut potentiel inhibés

Type IV- The Dropouts -des élèves sous réalisateurs

Type V- The Double-Labeled -des élèves avec troubles

Type VI- The Autonomous Learner -des élèves autonomes

Israël est bien connu pour répondre adéquatement à ces enfants. Afin de mieux les détecter, ils font passer des tests de QI collectifs à tous les jeunes adolescents pour déterminer lesquels  participeront à un programme spécial 6.

Je suis persuadée que ces enfants sont un atout pour n’importe quelle nation. Je pense qu’il s’agit de notre devoir de contribuer à leur bonheur pour qu’ils deviennent des adultes épanouis.

 

Bibiographie :

  1. Autain-Pléros, Elsa. Je suis précoce, Mes profs vont bien. Lyon: Chronique Sociale, 2013, p 12.
  2. Gardner, Howard. Les intelligences multiples. Retz, 2004.
  3. Autain-Pléros, Elsa. Je suis précoce, Mes profs vont bien. Lyon: Chronique Sociale, 2013, p 17.
  4. Autain-Pléros, Elsa. Je suis précoce, Mes profs vont bien. Lyon: Chronique Sociale, 2013, p 34.
  5. Betts, G.-T. & Kercher, J.-K. Autonomous learner model- For the gifted and talented. ALPS Publishing, 1985.
  6. Gauvit, Nicolas. Les surdoués ordinaires. Paris : PUF, 2014, p20.
  7. Adda, Arielle. Le livre de l’enfant doué. Paris : Solar, 2008.
  8. Adda, Arielle & Catroux, Hélène. L’enfant doué, l’intelligence réconciliée. Paris : Odile Jacob, 2003.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *